Need For Speed Heat : l’épisode de trop ?

Gh0stCrawl3r 1


Dernier opus en date sur cette génération, Need For Speed Heat est disponible depuis quelques jours sur PC, Playstation 4 et Xbox One. Après plusieurs épisodes avec retours mitigés, nous nous demandons comment va s’en sortir cet épisode. Nous avions pu mettre les mains sur la version PS4 (tournant sur une Pro) à la Gamescom et notre impression était plutôt positive. Résolument arcade, le jeu était agréable à l’œil malgré quelques ralentissements présents. Street race, tuning, tout était au RDV sur le papier pour proposer un jeu à la Fast & Furious, encore une fois. A voir maintenant comment s’en sort la version complète et finale vis à vis des précédents opus.


Bienvenu à Palm City, ville typiquement américaine, où se situera notre aventure scénarisée car oui, le jeu proposera à nouveau tout une suite de missions à jouer pour dérouler son histoire. Après avoir choisi parmi quelques avatar prédéfinis, aussi bien de jour comme de nuit, vous suivrez un groupe voulant monter un crew pour devenir les meilleurs. Cela reste assez standard, en étant moins stéréotypé que les précédents opus ou lourds. Bref, cela se suit tout de même relativement bien et pour le genre « tuning & street race », c’est pas mal.

La ville est vaste et reprendra les zones classiques : passage typiquement urbains, autoroute, tunnels, un ring en pleine ville, des plages, zones portuaires, du tout terrain etc. La map propose un large panel d’ambiance ? Assurément oui. Est-ce original ? Pas vraiment. Est-ce efficace ? Cela fait le taff. Cela manque encore et toujours un peu de vie par contre. Aussi bien de jour que de nuit, à aucun moment la route n’est saturée, pleine de vie, blindée de piétons ou autre et c’est un défaut régulier sur ce type de jeu : on passe sur une map grande, voir gigantesque, totalement ouverte mais tout cela reste « vide ».


La progression se fera en deux temps : il vous faudra jouer aussi bien de jour que de nuit pour pouvoir avancer dans l’histoire et peaufiner votre parc auto. Outre vos missions de campagnes / pilotages qui seront à faire de jour, ou de nuit, selon la mission en elle-même, le jeu vous proposera différentes épreuves. De jour, le gain sera accentué sur l’argent, via des courses et épreuves légales, dans un circuit bien défini, sans circulation annexe, quelque chose d’officielle, où une fois la course finie, un petit loading a lieu pour revenir sur la map. De nuit, bienvenue dans le monde du street race sauvage, où il sera ici de réputation à monter ! Vous roulerez avec le peu de vie en jeu autours de vous et surtout la police pourra intervenir à ce moment-là pour tenter de vous arrêter, et ces poursuites ne s’arrêteront pas une fois la course finie où le joueur ne verra aucun chargement, et continuera à rouler dans la foulée de l’épreuve.

Pour changer jour / nuit, il suffira de vous rendre dans une de vos planques. La journée, aucun souci à le faire. La nuit, il faudra bien entendu que vous ne soyez pas recherché pour y accéder et surtout, qui dit arrestation dit perte de réputations, vous voilà prévenus.


Vous gagnerez de l’argent et réputation de jour comme de nuit, mais en journée l’argent montera plus vite, alors que la nuit c’est la réputation qui grimpera plus vite. Cela peut paraître classique mais en jeu, cela fonctionne plutôt bien. On se prend au jeu d’intervertir les créneaux horaires de nos sorties assez naturellement et la progression se voudra bien plus lisse qu’un Payback qui demandait des fois un farming assez lourd.

Sorte d’expérience, cette réputation vous permettra de débloquer de nouvelles voitures chez les concessionnaires, des pièces aux ateliers ainsi que les nouvelles missions de campagnes. Attention tout de même à votre gestion de l’argent où un investissement sur un ou très peu de véhicule pour les booster un maximum s’avérera plus judicieux que de vouloir tous les collectionner, niveau efficacité.

Vous disposerez aussi d’un certain nombre de défi journalier, de jour ou nuit, à compléter pour continuer votre montée d’argent ou exp.


Pour dépenser vos dollars, il sera bien plus judicieux d’investir sur le long terme sur un véhicule niveau pièces que de vouloir à tout prix collectionner tous les véhicules car niveau matos / tuning il y aura de quoi faire à commencer par le côté visuel ou vous pourrez changer tout un tas de pièce allant du capot avant, coffre, aileron ou autre béquet aux valves de pneu, jantes, rétro, aile, pare choc sans compter l’aspect peinture, calques, etc. Pour les fanas de tuning et de l’aspect visuel, il y a déjà de quoi faire et il y a possibilité de passer des heures carrées à faire LE skin visuel qui claque (il existe d’ailleurs une appli mobile / tablette pour cela, nommé NFS Heat Studio). Puis vient l’aspect moteur, mécanique ou encore une fois le joueur aura à sa dispo beaucoup de possibilités pour améliorer sa voiture, et la pousser vers un comportement spécifique : composant axé tout terrain, drifting, course sur route etc. tout ceci dans le but d’être le plus performant dans le contenu annexe (bon, pas si annexe que cela, il faudra y passer un minimum pour monter sa réput et gagner de l’argent pour booster sa caisse).

Il sera également disponible de customiser la tenue de son avatar, via des marques connus tout comme c’est déjà le cas des pièces auto qui réunit des grands noms du milieu.


Manette en main, c’est très arcade. Fan de simu cherchant du réalisme, des sensations réelles, etc., ce n’est clairement pas ici qu’il faut venir mais sinon cela se joue bien, le drifting est efficace avec deux moyens de le déclencher : en collant un gout de gaz dans le virage après l’avoir relâché quelques peu avant soit via le frein. Vis à vis de la concurrence en monde « ouvert », ce NFS n’a clairement rien à envier, c’est certes quelques peu différents mais tout aussi plaisant. L’impression de vitesse est correcte, par contre l’utilisation du NOS aurait pu être un plus marquée et brutale niveau rendu. On voit / sens un mini accélération sans être non plus fulgurante.

L’IA quant à elle reste correcte. En pleine course, j’ai été surpris de voir que les concurrents m’évitaient assez souvent quand je venais comme un bourrin, et ne me rentraient pas dedans quand je zigzaguais devant. Alors attention, elle n’est pas irréprochable, mais son comportement était plutôt intéressant. Par contre, carton rouge pour l’IA des alliés quand nous devons les suivre pour rallier une épreuve : cela roule lentement, cela anticipe que dalle, rien de rien.


La police, quant à elle, jouera souvent du pare choc pour nous arrêter et n’hésitera pas à jouer des coudes pour nous stopper ! Bien sûr, encore une fois, elle n’est pas irréprochable mais présente encore une fois des comportements assez propres souvent. Tout comme véhicule, celui des cops possèdera une barre de vie, qui devra être descendue pour qu’ils cessent de vous suivre.

La difficulté du jeu est assez basse, et pourtant je suis loin d’être un expert sur ce genre de jeu. En facile, les avances se comptent limite en kilomètre à la ligne d’arrivée. En moyen, encore une fois, j’ai rarement été mis en difficulté. Pour les habitués de jeux de caisse, allez-y directement en difficile.

Pour boucler la campagne, sans me contenter du strict minime mais en étant loin d’avoir fait toutes les épreuves annexes, il m’a fallu un peu plus de 11h de jeu. En notant qu’il existe un nombre important de panneaux, collectibles ou autres objets dissimulés un peu partout en jeu. Dommage qu’à l’inverse d’un Hot Poursuit (celui de PS1, bordel, quelle claque à l’époque), nous ne puissions pas jouer la police dans cet opus.


La composante Online m’a posé quelques soucis sur la version PC au lancement de l’accès anticipé : au démarrage du jeu, il vous est demandé si vous voulez jouer solo ou en ligne, et j’ai eu à faire à des crashs / freezes dès lors que je choisissais de jouer en ligne, mais en solo RAS. Dans ce dernier mode, vous ne croiserez bien entendu personne alors qu’en ligne, à l’image des derniers NFS ou de la concurrence (FH4, The Crew 2), vous y croiserez d’autres joueurs sur la map et vous pourrez alors les défier pour gagner encore plus de réputations et argents ! Rouler avec son crew, en défier d’autres, cela peut clairement augmenter la durée de vie du jeu.

La technique, sur PC, démonte réellement surtout de nuit où les jeux de lumières et éclairages, les reflets sur les carrosseries et autres flaques d’eau, les néons présents partout, les flammes du NOS, etc. tout est mis en place pour en mettre pleins les yeux. De ce côté-là, rien à redire, le titre est au poil, et le moteur Frostbite Engine fait toujours aussi bien le taff.

La bande son colle bien à l’ambiance du jeu, niveau musicale allant des rythmes et beats lourds façon hip hop US, à des sonorités plus électro / dubstep. Le jeu est intégralement doublé dans notre langue, ce qui est un bon point pour les non anglophones (puis même … je trouve cela, personnellement, que c’est la base de proposer un jeu dans la langue du pays où on le commercialise).




MON AVIS : LE NFS DE LA GEN ? ASSUREMENT.

Il gomme le plus gros défaut de Payback qui était un farm intensif via une progression plus lisse et linéaire. Le scénario, bien que classique, se montre plus sympa à être parcouru que celui des précédents opus. Suivre et faire évoluer notre crew est agréable. Dans la légalité le jour, dans l’illégalité la nuit, l’alternance de monde, d’épreuves proposées, d’ambiances, tout fonctionne parfaitement.

La conduite, bien que très arcade, sera efficace dans le genre et sera accessible à tous. Le système de drift est bon, et donnera lieu à de vrai scène façon Fast & Furious après quelques courses. L’IA, bien que perfectible, propose quelque chose de régulier et propre, hormis lorsque nous suivons quelqu’un. La technique, le rendu globale (surtout de nuit bordel), la météo changeante, la bande son sont autant de point ayant eu le droit à un travail de qualité. La nuit, sous une averse de malade, des reflets pètent de partout.


La durée de vie et le contenu sont corrects, et la partie online permettra de l’allonger quelque peu. Fan de tuning, street race & co, NFS Heat vous donne largement de quoi vous amuser et même hors-jeu via l’appli mobile / tablette pour custom vos véhicules.

Il ne manque qu’une vraie vie dans Palm City, et de pouvoir jouer la police, pour avoir un tableau plus ensoleillé qu’il ne l’est déjà dans ce bilan.

Au final, ce NFS Heat sera une excellente alternative aux quelques jeux du genre déjà sur le marché, sans pour autant les surpasser. NFS Heat fait du classique, il le fait même bien mais ne va au final que très peu innové. Il en reste que Heat se classe parmi les bons NFS depuis un bon paquet d’années et surpasse largement ceux de cette gen.

Puis bordel, pas de MT détectée à ce jour et il semblerait que cela ne soit pas prévue !


One thought on “Need For Speed Heat : l’épisode de trop ?

  1. J’ai de nombreux opus de la franchise Need For Speed dans ma collection et je compte obtenir celui-ci pour la Noël. Après avoir visionné les vidéos, je t’avouerais que j’ai trop hâte d’y jouer.

Laisser un commentaire

Next Post

Yakuza 7 : démo et nouvelle bande annonce

Le nouveau titre de Sega, à sortir le 16/01 au Japon, Yakuza : Like A Dragon s’offre une démo sur […]
%d blogueurs aiment cette page :