Découvrons Struggling avec Troy

Gh0stCrawl3r






Nous vous proposons aujourd’hui notre avis sur le jeu non moins atypique :Struggling. Annoncé lors de l’Opening Night Live, il s’agit du premier titre du nouveau label Frontier Foundry à passer entre nos mains.  

Alors que notre monde fait face au Chaos, des héros aux puissances énormes viennent sauver tout le monde. Tout cela, c’est avant de se faire honteusement bannir … Troy est ce dernier héro à voir le jour à notre époque. Sauf qu’il est loin d’être dans les standards attendus des héros loin de là….



Première chose qui choc : mais quelle gueule se pauvre Troy se paye ! Il n’est qu’un tas de chair immonde, incapable de mettre un pied devant l’autre … normal me direz-vous, il n’a que deux bras. Le scénario ? Quasi inexistant avec du recul mais qu’importe. Vous verrez que le point fort du titre sera bien cette absurdité qu’est Troy.


Chaque joystick permettra de contrôler un bras de notre super héros de chair. Leur seule action possible ? Une fois accroché, il suffira de faire balancer comme nous le pouvons le corps de Troy pour avancer/ grimper ou se balancer. Bien entendu les premiers niveaux ne seront pas difficiles mais par la suite de moultes pièges divers et variés apparaitront … et le joueur fera face rapidement à de vraies difficultés. 

Car oui, le jeu pourra se montrer rapidement punitif, à devoir gérer quelques obstacles au millimètre près. Il ne sera pas rare de s’emmêler les membres ou se coincer dans des endroits invraisemblables. Le jeu pourra se montrer quelque peu frustrant par moment. Avec un pic de difficulté du fait de ces mécaniques des fois un peu maladroites. 



Le jeu est pourtant loin d’être mauvais. Sur le papier il surprendra à première vue et les idées proposées sont même funs. Mais c’est la mise en pratique, manette en main, qui peut laisser des traces. Les situations que Troy va devoir traverser provoqueront quelques sourires au joueur. Tant le tout peut être comique malgré le design bizarre du personnage. Struggling cherche donc à axer le jeu sur le fun. Situation grotesque, monde tout autant barré, design du héros absurde, et situation ubuesque pour Troy. 

Au fur et à mesure de son aventure, Troy gagnera même quelques nouvelles compétences comme le fait de pouvoir se démembrer soit même.


A noter que le jeu peut bien sûr être joué seul, mais également en coopération. Chaque joueur contrôlera alors un des membres. Une bonne coordination sera nécessaire et surtout pour ne pas rager à deux face aux inhérences notées plus hauts qui peuvent se produire haha.

Soyons clair, la DA du jeu, son design global, et son univers axé viande humaine ne plairont pas à tout le monde. La bande son quant à elle sera dans la lignée de cette DA : pet, rot et autre bruit du genre le tout couplé aux gémissements de Troy. Les musiques sont quant à elles discrètes et collent au tout que compose Struggling.





Comme noté, sur le papier Struggling propose quelque chose d’atypique. Sur le papier, les idées sont loin d’être inintéressantes, et même manettes en main le fun peut être présent à condition d’accepter la frustration que le joueur peut rencontrer de temps à autres.

Il ne sera pas rare que Troy ne réagisse pas comme attendu. Le titre peut se montrer un peu trop punitif du fait d’imprécision du joueur ou du gameplay au choix.

En coop, le jeu promettra quelques barres de rires assurément, attention juste à ne pas avoir de tension entre vous lors des morts qui vont arriver haha.

Ce qui divisera le plus, quoi qu’il en soit, sera surement l’univers cartoon mais glauque du jeu. Niveau durée de vie, il y en aura pour une bonne grosse douzaine d’heures tout de même. Pour son prix cela fait un euro l’heure même pas (12,99€ sur Steam).

L’absurdité de la situation globale (le héros, le monde, les situations qu’il va rencontrer) réussiront surement à faire passer tout de même un bon moment.

Laisser un commentaire

Next Post

Un prochain NightCity Wired en approche

CD Projekt Red continue sa machine promo en programment un nouveau Night City Wired pour Cyberpunk 2077. Je n’ai pas […]
%d blogueurs aiment cette page :